fbpx

Parfois, on a moins envie de célébrer

Le 1er juillet dernier, jour de la fête du Canada, a malheureusement été marqué par de sombres nouvelles au sujet des pensionnats autochtones. Des enfants ont été arrachés à leurs familles et ont été les acteurs d’un drame incommensurable. Les qualificatifs nous manquent pour nous exprimer quant à ce pan de notre histoire. Nous ne sommes pas fiers de tout ce qui s’est fait dans le passé lorsqu’on le regarde avec les yeux d’aujourd’hui, mais cette fois, on atteint définitivement les bas-fonds.

Je tiens à exprimer ma solidarité aux peuples autochtones dans cette épreuve qui est mise au jour. Je souhaite que la lumière soit faite sur ces événements afin de nous aider collectivement à mieux cohabiter. Les peuples autochtones méritent toute notre empathie, notre respect et notre soutien.

Pour tous les 1er juillet à venir, souvenons-nous de leur contribution à notre histoire et à notre présent et ouvrons grand la porte pour leur contribution à notre futur.

Marc-Alexandre Brousseau, maire